Programme d'actions Femmes et Environnement

Femmes et environnement

Découvrez les 10 projets bénéficiaires de l'opération

Une action fidèle à nos engagements, à nos valeurs.

L’intégralité des fonds collectés seront reversés à 10 projets associatifs sélectionnés par la Fondation qui visent à soutenir et promouvoir le rôle des femmes dans la protection de l'environnement.

Empow

Empow'Her

Ishpingo

Ishpingo

Migrations & Développement

Migrations & Développement

Terre & Humanisme

Terre & Humanisme

Women's Worldwide Web

Women's
Worldwide Web

ADEARM

ADEARM

Entrepreneurs du Monde

Entrepreneurs
du Monde

Le partenariat

Le Partenariat

Univers-Sel

Univers-Sel

Projeter Sans frontières

Projeter
Sans frontières

Revenir en haut de page

Développer l'agriculture biologique pour lutter contre la précarité des femmes et la dégradation de l'environnement
avec Empow'Her

Au Pérou, dans le village de Marachanca, les femmes agricultrices subissent le dérèglement climatique et la dégradation de l’environnement au quotidien. Leurs rendements sont faibles et les productions de mauvaise qualité, les empêchant de générer des revenus suffisants pour elles et leur famille.

Le projet a pour objectif de garantir le passage d’une agriculture précaire néfaste pour l’environnement à une agriculture biologique, source de revenus et d’autonomie pour ces femmes. Après avoir acquis des compétences techniques, agronomiques, en gestion ou encore en leadership, 16 agricultrices vont pouvoir obtenir une certification biologique de groupe pour faciliter la commercialisation de leurs productions.

L'association


image d'illustration

Empow’Her forme et accompagne des groupes de femmes entrepreneures dans les pays en développement. ... Voir le site.

Les objectifs

16 femmes agricultrices formées et accompagnées

5% d’augmentation de la production et du chiffre d’affaires

1 certification biologique obtenue

Revenir en haut de page

Former les femmes à l'agro-foresterie pour développer leurs revenus et contribuer à la reforestation de l'Amazonie
avec Ishpingo

La multiplication des chantiers d’exploitation pétrolière, la déforestation ainsi que la pollution des sols et de l’eau dégradent fortement l’Amazonie équatorienne et impactent les populations locales.

Ishpingo, qui agit depuis une dizaine d’années dans la province de Napo en Equateur, a lancé un projet de pépinières d’arbres fruitiers et médicinaux afin de reforester la région et de régénérer les écosystèmes. Les femmes Kichwas, formées aux techniques de l’agroforesterie, sont responsables de ces exploitations. Afin qu’elles puissent valoriser leur production et sécuriser leurs revenus, le projet prévoit de les former à la transformation de fruits et de les aider à se structurer en coopérative.

L'association


image d'illustration

Ishpingo agit en Amazonie Equatorienne pour améliorer le niveau de vie des populations natives tout en préservant les ressources de la forêt amazonienne. ... Voir le site.

Les objectifs

500 femmes agricultrices Kichwas accompagnées

6 mois de formation

1 coopérative créée

Revenir en haut de page

Former les femmes à l'agriculture durable pour s'adapter aux dérèglements climatiques
avec Migrations & Développement

Dans la région du Souss Massa au Maroc, la population subit de plein fouet les effets du changement climatique (perte de la biodiversité, appauvrissement des sols, manque d’eau), qui sont accentués par des pratiques humaines inadaptées (surexploitation des ressources, agriculture intensive).

Les femmes étant les principales actrices de la production agricole, le projet vise à former les agricultrices à des techniques agricoles respectueuses de l’environnement et à valoriser leur production. 45 femmes vont ainsi être formées à l’agro-écologie ainsi qu’à la gestion de banques de semences afin qu’elles puissent ensuite transmettre ces connaissances à d’autres agriculteurs/trices de la région.

L'association


image d'illustration

Migrations & Développement intervient au Maroc sur plusieurs axes de développement socio-économiques, dont l’agriculture durable. ... Voir le site.

Les objectifs

45 femmes agricultrices formées

2 banques de semences mises en place

100 agricultrices/teurs sensibilisés à l’agro-écologie

Revenir en haut de page

Soutenir les femmes dans le lancement d'activités agricoles respectueuses de l'environnement et génératrices de revenus
avec Terre & Humanisme

Au Togo, le changement climatique et l’agriculture intensive détruisent les sols et entrainent pauvreté et exode rural pour les agriculteurs, notamment dans la région des Savanes, au Nord du pays. Malgré leur rôle clé dans l’agriculture locale, le rôle des femmes est peu valorisé (faible niveau de qualification, difficultés d’accès à la propriété).

Terre & Humanisme et son partenaire local AREJ vont former 20 jeunes femmes issues de groupements maraîchers à l’agroécologie et à la gestion d’une petite exploitation. Ces femmes bénéficieront d’un soutien matériel et financier pour lancer leur activité et la pérenniser. Elles sensibiliseront ensuite les membres de leur groupement à ces techniques, ce qui leur permettra de renforcer leur rôle dans leurs communautés, mais aussi d’assurer l’autonomie alimentaire de la région.

L'association


image d'illustration

Terre & Humanisme initiée par Pierre Rabhi, Terre & Humanisme œuvre depuis 1994 à la transmission de l’agroécologie pour l’autonomie alimentaire. ... Voir le site.

Les objectifs

20 jeunes femmes formées dans une ferme-école

7 groupements maraîchers accompagnés

4 périmètres maraîchers équipés

Revenir en haut de page

Accompagner les femmes agricultrices dans la transition vers l'agro-écologie pour lutter contre la désertification
avec Women’s Worldwide Web (W4)

Mené à Bir Salah, en Tunisie, le projet vise à répondre à deux enjeux cruciaux pour le développement rural du pays : la vulnérabilité économique des femmes en zone rurale, travaillant majoritairement dans l’agriculture, et la désertification constante des terres.

Suite au succès d’un programme pilote mené en 2014-2015, W4 et son partenaire local « Dream in Tunisia » lancent un programme de plus grande envergure, pérenne et facilement réplicable. Ce projet permettra à 40 femmes d’être formées à l’agroécologie et de générer des revenus grâce à la mise en place, la récolte et la commercialisation de nouvelles cultures respectueuses de l’environnement, ainsi que par la structuration en coopérative.

L'association


image d'illustration

Association : Women’s Worldwide Web (W4) W4 a pour objectif de defender et promouvoir les droits des femmes dans le monde. ... Voir le site.

Les objectifs

40 femmes agricultrices accompagnées

30 000 arbres plantés en 2 ans

80 emplois saisonniers créés pour les femmes

Revenir en haut de page

Favoriser l’accès des femmes à l’agriculture paysanne
avec ADEARM

Le monde agricole français laisse encore peu de place aux femmes. Les agricultrices souhaitant gérer leur propre exploitation rencontrent plus de difficultés que les hommes, notamment pour obtenir un prêt ou pour participer à la prise de décision lorsqu’elles ont un statut d’associée.

Face à ce constat, les ADEAR des Pays de la Loire ont décidé de mettre en place un dispositif pilote afin d’accompagner les femmes dans la gestion de leur exploitation agricole, mais également de valoriser leur place dans le monde agricole. 50 porteuses de projets seront suivies individuellement et participeront à des formations techniques, tandis que 30 associées bénéficieront d’une médiation pour gérer leur exploitation de façon plus égalitaire

L'association


image d'illustration

Association de Développement de l’Emploi Agricole et Rural (ADEARM) L’ADEARM agit en France pour promouvoir l’agriculture paysanne et former et accompagner les agricultrices/teurs. ... Voir le site.

Les objectifs

50 agricultrices formées

130 personnes du milieu agricole participant à des temps d’échange sur la place des femmes

3 départements ciblés : Mayenne, Sarthe, Vendée

Revenir en haut de page

Donner accès aux femmes vulnérables à une énergie propre et économique
avec Entrepreneurs du Monde

Au Togo, la plupart des foyers de cuisson utilisés traditionnellement sont peu efficients. Ils consomment beaucoup de bois et dégagent des fumées nocives pour l’environnement et la santé des utilisateurs, principalement les femmes. Parallèlement, moins de 30% de la population a accès à l’électricité. Les femmes sont les principalement touchées par cette précarité énergétique.

Face à ce constat, Entrepreneurs du Monde a initié le projet Mivo afin de rendre accessibles des produits de cuisson et d’éclairage propres, modernes et économiques aux femmes les plus vulnérables. Les produits sont distribués à bas coût auprès d’un réseau de revendeuses de proximité, formées et accompagnées individuellement dans la gestion de leur activité. Leur proximité avec les utilisatrices des équipements en facilitera la promotion et la diffusion.

L'association


image d'illustration

Entrepreneurs du Monde Entrepreneurs du Monde accompagne les personnes les plus vulnérables dans le développement d’activités génératrices de revenus à fort impact social, sanitaire et écologique ... Voir le site.

Les objectifs

1 gamme de 5 produits performants disponible

3000 femmes bénéficiaires d’équipements de cuisson et d’éclairage économes

1 réseau de 45 commerçantes revendeuses mis en place

Revenir en haut de page

Permettre aux femmes transformatrices de poisson de recycler leurs déchets et d'avoir accès à une énergie durable : le biogaz
avec Le Partenariat

A Saint-Louis, au Sénégal, les femmes transformatrices de poissons utilisent des foyers de cuisson très consommateurs en bois. Aucun système de traitement des ordures n’étant mis en place, les déchets de leur activité, principalement d’origine organique, sont rejetés dans le fleuve Saint-Louis.

Afin de répondre aux problématiques énergétiques de ces femmes, mais aussi de réduire la pollution causée par leur activité, Le Partenariat lance un projet pilote afin de mettre à disposition des unités de production de biogaz sur le site de transformation de poisson. Celles-ci permettront d’utiliser les déchets organiques comme combustible au lieu d’être rejetés dans le fleuve, et fourniront de l’énergie pour la cuisson des poissons. Le projet prévoit également la formation de femmes leaders afin de promouvoir le biogaz auprès des autres femmes transformatrices.

L'association


image d'illustration

Le Partenariat Créé en 1981, le Partenariat est une organisation de solidarité internationale qui lutte contre les inégalités et agit pour un monde plus solidaire. ... Voir le site.

Les objectifs

5 unités biogaz mises en place pour alimenter 10 réchauds

20m3 de biogaz produit par jour

700 femmes transformatrices de poisson sensibilisées au biogaz

Revenir en haut de page

Diffuser les techniques de saliculture solaire auprès des femmes productrices de sel pour protéger la mangrove
avec UNIVERS-SEL

Dans la région de Kapatrès en Guinée Bissau, les femmes travaillant dans les exploitations de saliculture font bouillir de la saumure (eau très salée) pour en récolter le sel, une activité très gourmande en bois de mangrove et néfaste pour leur santé en raison des émanations de fumées.

L’association Univers-Sel a développé avec des producteurs locaux et des paludiers de Guérande une technique de production écoresponsable, la saliculture solaire, qui permet de récupérer le sel en faisant sécher la saumure sur des bâches exposées au soleil. 40 femmes vont être formées à ce mode de production et formeront ensuite les autres productrices sur leurs propres salines, ce qui valorisera leur rôle dans la communauté.

L'association


image d'illustration

UNIVERS-SEL est une association de solidarité internationale œuvrant pour le développement agricole durable en zone de mangrove Ouest-Africaine. ... Voir le site.

Les objectifs

1000 petites exploitations gérées par des femmes ciblées

40 productrices relais formées

Réduction de 50% de la quantité de bois consommée

Revenir en haut de page

Favoriser la mise en place de l'agriculture urbaine avec les femmes de Bogota
avec Projeter Sans Frontières

En raison des conflits armés, la Colombie est le deuxième pays au monde comptant le plus de populations déplacées (6 millions de personnes). Dans le quartier de Santa Rosa, au sud de Bogota, de nombreuses populations rurales ayant fui les combats doivent désormais cohabiter.

Afin de réinsérer ces populations vulnérables, l’association Projeter Sans Frontières développe depuis 2012 le programme « Semons la Confiance » qui vise à développer l’agriculture urbaine et périurbaine. Dans ce cadre, une vingtaine de femmes productrices seront formées à l’agriculture biologique et à la gestion afin de distribuer en réseau des paniers bio à Bogota. 30 autres femmes seront également accompagnées dans la mise en place d’un jardin urbain, qui permettra d’assurer l’autonomie alimentaire de leur famille.

L'association


image d'illustration

Projeter Sans Frontières Projeter Sans Frontières est une association de solidarité internationale qui lutte contre la pauvreté et l’exclusion des populations les plus vulnérables dans les pays en développement. ... Voir le site.

Les objectifs

50 femmes en situation de vulnérabilité participant au projet

Création d’1 réseau « Semons la confiance » dédié exclusivement aux productrices

30 jardins urbains créés