(8h - 18h30)
Gros volumes ?
Devis rapide et gratuit
4,6/5
Satisfait ou remboursé
0
Reprenez vos achats ! Reprenez vos achats là où vous vous étiez arrêté.
spinner
Appel d'un conseiller

Une question ? Faites-vous rappeler par l'un de nos conseillers

cat

Programme d'actions
Femmes & Environnement

Soutenu par la Fondation RAJA-Danièle Marcovici

Les principes de l'action

Les projets soutenus

Projet 1 : Agrisud international

Agrisud international

Soutenir le développement de filières agricoles durables et inclusives par les femmes issues des minorités ethniques du Parc National de Hoang Lien.

Le Parc National de Hoang Lien (PNHL), au Nord du Vietnam, est peuplé en grande partie par des minorités ethniques Hmong, Giay et Dao vivant de l’agriculture et de l’artisanat. Dans ces communautés, plusieurs freins au développement des activités des femmes sont encore notables : faible accès au foncier, mariage précoce, analphabétisme. Le projet « IDEAS Femmes », porté par l’association Agrisud International, permet l’autonomisation des femmes en les accompagnant vers la création d’une activité génératrice de revenus (AGR) et en leur proposant des cours d’alphabétisation facilitant leur insertion dans les filières agricoles. Le projet a pour objectif de permettre aux femmes d’être intégrées et valorisées dans l’économie locale et d’avoir un rôle reconnu dans leur communauté.

Projet 2 : blueEnergy France

blueEnergy France

Former des femmes retraitées et/ou handicapées à des pratiques agroécologiques afin de leur assurer la sécurité alimentaire.

A Bluefields, capitale de la Région Autonome de la Côte Caraïbe Sud du Nicaragua, la population est extrêmement pauvre et vit dans des conditions particulièrement difficiles. Les quartiers périphériques les plus pauvres ne disposent pas d’infrastructures permettant aux habitant.e.s d’avoir accès à l’eau potable, à l’électricité ou encore à une alimentation saine et variée tout au long de l’année. Le Nicaragua est particulièrement vulnérable face aux changements climatiques. L’agriculture conventionnelle et la déforestation des terres, rendues stériles, dures et acides, s’ajoutent à l’augmentation des phénomènes climatiques extrêmes. Les femmes les plus vulnérables sont les premières touchées par ce dérèglement climatique. En réponse à ces problématiques, l’association blueEnergy mène un programme de renforcement de la sécurité alimentaire afin d’aider les familles à s’adapter aux conséquences des changements climatiques. Des femmes en situation de vulnérabilité (femmes handicapées et femmes âgées) sont formées à des techniques de l’agroécologie et de la permaculture afin de créer leur propre potager familial. Elles diffusent ensuite les pratiques au sein de leur communauté.

Projet 3 : Empow’Her

Empow’Her

Accompagner les femmes dans le développement d’une agriculture durable en leur donnant l’opportunité d’être actrice de leur propre développement économique, et en contribuant positivement aux actions de lutte contre le changement climatique.

Au Niger, l’un des pays plus pauvres du monde, 73% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont des femmes. Pour celles vivant en milieu rural, la précarité est exacerbée. Les femmes nigérianes souffrent d’une absence d’accès aux droits économiques et aux ressources. Seulement 13% des propriétaires des terrains agricoles sont des femmes. Par ailleurs, les pratiques agricoles en place impactent négativement l’environnement. 75% des femmes interrogées par Empow’Her reconnaissent avoir recours à des pratiques de production non durables.
Le projet « PERENIA », porté par Empow’Her, soutient et accompagne les femmes dans le développement d’une agriculture durable, afin de leur donner l’opportunité d’être actrices de leur propre développement économique, mais également de contribuer positivement aux actions de lutte contre le changement climatique. Le projet PERENIA renforce ainsi l’intégration et la place des femmes au sein des chaînes de valeur agricole et permet la reconnaissance du rôle crucial que les femmes jouent dans l’agriculture.

Projet 4 : Habitat-Cité

Habitat-Cité

Améliorer les conditions de vie des femmes en les formant aux métiers de la construction sur des chantiers écoles et en les sensibilisant à une agriculture respectueuse de l’environnement avec la création de forêts comestibles.

Dans la Vallée de Jacmel et Bainet, région montagneuse et difficile d’accès au Sud-Est d’Haïti, les habitant.e.s vivent principalement de l’agriculture, de l’élevage et de l’artisanat. En raison de la sécheresse, de la déforestation et des catastrophes naturelles, les communautés rurales se trouvent confrontées à de nombreuses difficultés affectant leurs récoltes et leurs conditions de vie.
Pour répondre à cette problématique, Habitat-Cité et son partenaire OJUCAH ont lancé un projet de création de forêts comestibles, par les femmes des communautés locales, afin de lutter contre la déforestation et diversifier les cultures vivrières. Les forets comestibles permettront de limiter la déforestation et amélioreront la souveraineté alimentaire des populations. Pour favoriser l’emploi des femmes, elles bénéficient d’une formation et d’un accompagnement dans la création d’une activité génératrice de revenu dans le secteur du bâtiment. Les techniques de construction, enseignées par Habitat-Cité et OJUCAH, en matériaux locaux et naturels sont reconnues par le gouvernement haïtien et recommandées pour adapter les infrastructures du pays au risque de catastrophes naturelles. Des activités à destination des jeunes filles sont également prévues afin de les sensibiliser aux enjeux environnementaux et de genre.

Projet 5 : Women of Africa

Women of Africa

Réhabiliter et préserver la biodiversité du jardin botanique de Camayenne tout en formant et en créant des emplois pour les femmes.

L’Afrique est l’un des continents souffrant le plus des dérèglements climatiques. La déforestation due à la surexploitation de bois met en péril la biodiversité africaine. Les femmes sont les premières touchées par les changements climatiques en Afrique. Au centre de la ville de Conakry en Guinée, le jardin botanique de la Camayenne est considéré comme le poumon vert de la ville. Implanté sur 8 hectares, il abrite des espèces d’arbres et de plantes très rares et en voie de disparition. En raison de la pression exercée par l’environnement urbain (abattage, constructions, non prise en compte de ce patrimoine), le jardin botanique est de plus en plus fragilisé. Face à cette situation, Women of Africa a lancé un projet de restauration et de préservation de la biodiversité de ce jardin tout en créant des emplois pour les femmes. La restauration du jardin de Camayenne par un groupe de femmes permettra de planter 1 000 arbres et plantes supplémentaires.

Projet 6 : PikPik Environnement

PikPik Environnement

Mobiliser et sensibiliser les mères de famille de L’Ile-Saint-Denis sur la gestion des déchets afin qu’elles en diffusent les bonnes pratiques auprès de leurs pairs.

A l’occasion de la COP 21, PikPik Environnement a souhaité que chaque individu puisse se saisir de l’événement et que les messages portés par la COP bénéficient à tou.te.s. L’association a ainsi créé des outils téléchargeables afin que chaque personne puisse organiser son propre atelier d’échange et de débat autour de la transition écologique. PikPik Environnement souhaite aujourd’hui capitaliser sur cette expérience en expérimentant le projet « Passeport éco-citoyen », un projet de mobilisation et de sensibilisation de citoyens sur les thématiques du développement durable.
L’action est menée dans un quartier populaire de L’Ile-Saint-Denis en Seine-Saint-Denis, afin de démocratiser des messages auprès d’une population en situation de précarité qui peut ressentir un manque de légitimité à les porter. L’Ile-Saint-Denis est un territoire sur lequel PikPik Environnement est particulièrement implanté. Dans le cadre de ses activités, l’association a constaté que les mères de famille étaient les plus présentes lors des animations et les plus impliquées dans leur quartier.
Les femmes et les habitants des quartiers populaires sont les premières victimes des problèmes environnementaux, tout en étant un formidable levier de changement. Sous forme d’expérimentation, Passeport écocitoyen permet de sensibiliser les mères de famille de L’Ile-Saint-Denis à la gestion des déchets afin qu’elle en diffuse les bonnes pratiques auprès de leur pair. Il s’agira de promouvoir le rôle de ces femmes au sein de leur quartier, de les accompagner dans l’amélioration de leur cadre de vie et dans la préservation des ressources. Ce format de sensibilisation en quasi-autonomie est un formidable levier pour augmenter l’impact de PikPik Environnement auprès des populations vulnérables.