spinner
(8h - 18h30)
Gros volumes ?
Devis rapide et gratuit
4,6/5
Satisfait ou remboursé
Première commande ?
-10% et livraison offerte dès 149€ HT
8
Reprenez vos achats ! Reprenez vos achats là où vous vous étiez arretés.
spinner
Appel d'un conseiller

Une question ? Faites-vous rappeler par l'un de nos conseillers

cat

Programme d'actions
Femmes & Environnement

Soutenu par la Fondation RAJA-Danièle Marcovici

Les principes de l'action

Les projets soutenus

Projet 1 : LAAFI France

Former des femmes rurales au métier d’apicultrice et préserver la biodiversité de la zone grâce à l’activité des abeilles

Au Burkina Faso, 80% de la population active vit des métiers de l’agriculture. Dans la région Centre-Ouest du pays, secouée par des vagues de violences terroristes et affectée par les changements climatiques, les paysan.ne.s, en particulier les femmes, se retrouvent dans une situation de vulnérabilité économique extrême.
Le projet « Burkina Bees apiculture solidaire », porté par l’association LAAFI, vise à former une centaine de femmes rurales en situation de précarité au métier d’apicultrice. Dotées en matériel apicole, elles seront accompagnées dans le développement de leur petite exploitation. Après plusieurs années, chaque apicultrice produira environ 25 kilos de miel par an et percevra un revenu mensuel de 50 €. Le projet permettra ainsi l’autonomisation économique des femmes.

Projet 2 : Chaussettes Orphelines

Soutenir l’insertion économique de femmes en situation de précarité par une activité de confection de vêtements à partir de chutes de tissus et de chaussettes récupérées

Depuis 12 ans, l’association Chaussettes Orphelines propose à des femmes en situations précaires, notamment hébergées en Centres d’Hébergement d’Urgence, des ateliers de création de vêtements à partir de chaussettes dépareillées, récupérées via des collectes solidaires. Plusieurs de ces femmes ont manifesté le désir de se former à la couture pour en faire un métier et sortir définitivement de la précarité.
Le projet permet aux femmes ainsi qu’à des personnes en situation de handicap et des jeunes éloignés du marché de l’emploi, d’intégrer une formation complète alliant techniques de recyclage des tissus/vêtements, savoir-être et accompagnement vers l’insertion, de nature à donner aux stagiaires les compétences requises pour un poste dans le secteur de la couture (retouche ou upcycling) ou de la logistique.

Projet 3 : SOL

Promouvoir l’installation de femmes non issues du milieu agricole dans des activités d’agriculture biologique

D’ici 2030, une partie de l’écosystème agricole français va disparaître puisque la moitié des paysan.ne.s du territoire français partiront à la retraite, sans garantie de la reprise de leurs fermes ni de la transmission de leurs savoirs. Les personnes qui ne connaissent pas le monde agricole mais qui souhaitent devenir agriculteur.rice rencontrent de nombreuses difficultés, notamment les femmes, en raison d'un certain conservatisme du monde agricole qui accorde peu de légitimité aux paysannes cheffes d'entreprise. Et pourtant, elles sont de plus en plus nombreuses à s'engager sur cette voie et sont particulièrement porteuses de modèles alternatifs durables, préservant l’environnement.
Pour répondre à cette problématique, l’association SOL propose un accompagnement aux femmes Non Issu.e.s du Monde Agricole dans le développement de leur projet d’installation agricole. Les femmes bénéficieront d’une formation globale et gagneront en compétences agricoles, en compétences de gestion économique de leur installation, ainsi qu’en connaissances environnementales.

Projet 4 : Association Humanitaire pour l’Afrique

Accompagner des agricultrices dans une activité de valorisation des surplus de récoltes de tomates en les transformant en conserves et en jus.

Au Bénin, dans la commune de Kpomassé (située à 50 km de Cotonou), la culture de la tomate est l’une des plus importantes cultures maraîchères du pays. Faute de solution de conservation, les surplus de récolte lors de la période d’abondance (juillet à septembre) sont jetés et gâchés. Il s’en suit une période de pénurie pendant laquelle la tomate se raréfie et devient chère, ce qui ne la rend pas accessible toute l’année.
A la suite d’une enquête auprès des villageoises et d’une phase d’expérimentation à petite échelle, l’Association Humanitaire Pour l’Afrique et son partenaire local le Cercle de Recherches pour l’Identification et la Promotion des Alternatives du Développement Durable (CRIPADD) souhaitent accompagner 80 femmes dans une activité de transformation et de conservation de tomates afin de valoriser les surplus de récolte. Plusieurs actions seront menées : formation en conservation de tomates, création d’une unité de transformation de tomates en conserves, mise en place d’un système de distribution, renforcement des compétences des femmes et accompagnement vers une structuration collective. Ce projet permettra aux femmes de pérenniser et de diversifier leurs sources de revenus autour d’une activité de revalorisation d’invendus agricoles.

Projet 5 : D’Antilles et D’Ailleurs

Permettre à des femmes en situation de prostitution de se réinsérer professionnellement grâce à une activité de confection de serviettes hygiéniques et de couches lavables

En Martinique, la crise sanitaire liée au Covid 19 a touché encore plus durement les femmes en situation de très grande vulnérabilité, notamment les femmes en situation de prostitution. Le budget que représentent les couches pour bébé et les produits d’hygiène intime pèsent très lourd dans les dépenses de ces familles vulnérables qui doivent s’en passer et prioriser les denrées alimentaires. Le projet « Patchwork », mené par l’association D’Antilles et D’Ailleurs, vise à répondre à ces problématiques en proposant à 25 femmes un accompagnement professionnel pour les sortir durablement de la prostitution, en les formant à la couture. Les femmes bénéficieront de formations spécialisées dans la confection de couches et de protections hygiéniques lavables. En parallèle, elles seront accompagnées pour valoriser les compétences qu’elles auront acquises en formation afin qu’elles trouvent un emploi stable.

Projet 6 : Envol Vert

Redynamiser et féminiser les filières agricoles blé et miel tout en appliquant des pratiques agroécologiques.

La situation sociale et économique des familles de Socota (région au Nord de la Colombie) est inquiétante depuis le développement des mines de charbon qui a détourné une partie de la population de la filière agricole. Outre les effets collatéraux de l’exploitation minière tels que l’alcoolisme ou la prostitution, la reconversion des ouvriers agricoles en mineurs a déstabilisé les écosystèmes fragiles de ce contrefort Andin et fait chuter la production de blé la région, au point de devoir aujourd’hui en importer des Etats-Unis.
Ainsi, l’association Envol Vert, en collaboration avec son partenaire local Agrosolidaria, coopérative agricole locale, souhaite redynamiser et féminiser les filières agricoles actuellement vivotantes (blé et miel, déjà présentes mais peu développées) tout en préservant l’environnement et créant un nouveau tissu social. 50 paysan.ne.s seront formé.e.s aux gestes agroécologiques et accompagné.e.s pour développer l’écosystème agricole (création de pépinières communautaires, plantation d’arbres pour rétablir des cours d'eau, mise en place de parcelles de culture, techniques de fertilisation et de compost…). La redynamisation de la filière agricole de la zone permettra aux femmes et à leur famille de développer leur autonomie financière et de moins dépendre des revenus miniers, et surtout de privilégier une agriculture locale respectueuse de l’environnement.